Un article sur la semoule écrit par les assistantes maternelles

Bonjour,

Vous trouverez à la suite du texte ci-dessous, un article rédigé par un petit groupe d'assistantes maternelles, suite à la mise en place d'ateliers semoule au Ram.

 

Pourquoi des assistantes maternelles ont-elles écrit un article, et dans quel contexte cette envie a t-elle émergé ?

 

Depuis quelques mois, le Ram propose aux enfants et aux assistantes maternelles des ateliers d'expérimentation des matières: avec de la semoule, de la peinture, de l'argile (à venir).

Pour les animatrices du Ram, la mise en place de ces ateliers répondaient à plusieurs objectifs, comme par exemple :

  • Proposer aux enfants, des activités pas forcément faciles à mettre en place au domicile.
  • Proposer aux enfants des activités qui  correspondent à leurs besoins de manipulation
  • Amener les assistantes maternelles à mieux percevoir toutes les possibilités des enfants, leurs capacités à savoir quoi faire et comment le faire, d'eux-même, et entre eux.

 

La semoule est la première matière proposée et les ateliers offrent aux enfants la possibilité de la manipuler dans des conditions particulières, dans une pièce dédiée, et en petit effectif.

D'autre part, les assistantes maternelles peuvent les accompagner avec moins de contraintes et de préoccupations qu'à la maison (espace, nettoyage...), et ainsi, être davantage présentes et attentives à eux.

Pour permettre le travail d'observation et de prise de conscience, nous avions donné quelques consignes préalables, comme par exemple, celle de ne pas "montrer" aux enfants ce qu'ils pouvaient faire avec la semoule et les objets, mais plutôt de les observer, et de mettre des mots sur leurs actions. Les adultes avaient aussi comme consigne de ne pas intervenir (autant que faire se peut) dans les interactions entre enfants.

Suite aux ateliers semoule, nous avons proposé aux assistantes maternelles qui avaient inscrit les enfants, d'écrire un article à ce sujet pour notre blog.

Au-delà de la volonté de valoriser les assistantes maternelles, cette proposition devait leur permettre de réflechir ensemble à l'intérêt d'une activité semoule en analysant leurs observations des enfants.

 

Cinq assistantes maternelles se sont montrées intéressées par ce travail.

L'une d'entre elle a souhaité rédiger l'article afin de compléter ses écrits de VAE-Validation des Acquis de l'Expérience (CAP Petite enfance).

Les assistantes maternelles mobilisées sur l'article se sont rencontrées plusieurs fois, accompagnées par une animatrice du Ram.

La rédaction de l'article s'est effectuée en plusieurs étapes, complétée et validée à chaque fois par chacune d'entre elles.

Voici donc, le résultat de leurs travaux.

Félicitations à elles, et bonne lecture !

 

 

En janvier 2014, les animatrices du RAM nous ont proposé un atelier semoule atypique.
3 semaines, 5 enfants maximum, les adultes présents mais qui n’interviennent pas, de la semoule sur un drap dans une des salles d’activités, de nombreux objets, une invitation à se mettre pieds nus.

Nous sommes 5 assistantes maternelles, Céline, Sylvie, Isabelle, Pascale et Laurence à avoir participé à ces ateliers. Nous avons accepté de nous rencontrer par la suite, afin de partager l’expérience de chacune et des enfants que nous accueillons.
Ces temps de rencontre ont permis de mettre en commun nos ressentis, de réfléchir et d’analyser les observations faites en atelier, pour ensuite en faire un article pour le blog du Ram.


Chaque assistante maternelle a des raisons différentes d’inscrire les enfants à cet atelier.
Céline a inscrit Nolan (2 ans et demi) et Zoé (14 mois) du fait de la présentation novatrice de l’activité.
Sylvie souhaite faire redécouvrir la semoule dans des conditions différentes à Pauline (3 ans) tandis que pour Noa (22 mois) c’est une nouvelle activité.
Isabelle est également intéressée par les réactions de Eden (2 ans et demi) et Lisa ( 22 mois) face à une nouvelle installation,
Pascale y voit l’occasion de proposer à Lou-Anne (2 ans et demi) une activité impossible à transposer chez soi,
Quand à Laurence, ni James (22 mois), ni Lana (14 mois) n’avait expérimenté la semoule, elle est donc impatiente de voir comment ils vont réagir et combien de temps ils vont participer à l’activité.

Dans la première partie de ce qui suit nous décrivons ce qui s’est passé durant ces ateliers. La deuxième partie est consacrée à un travail de réflexion et d’analyse.

La semoule est une matière particulière : elle ne colle pas, elle est malléable, douce, fluide. Son odeur aussi est particulière. Son contact provoque des sensations qui participent à l’éveil sensoriel de l’enfant, notamment par les pieds ou par la sensation de froid.

Dans la pièce dédiée à l’activité semoule, de nombreux objets et jouets sont à la disposition des enfants :
- pelle et balai
- bouteilles plastiques de différentes tailles : bouteilles de shampoing, de lait ou d’eau (petites ou grandes)
- pots de petits suisses vides
- arrosoirs, pelles, tamis, râteaux
- boites de lait en métal
- bouchons de plastique
- dînette multicolore avec assiettes, couverts, tasses
- petites voitures
- Autres contenants
Nous remarquons que ces objets sont de natures différentes ou au contraire, similaires.
Par exemple : des bouteilles avec des goulots de tailles différentes, des objets en couleur ou transparents, de gros objets ou plus petits.

Certains enfants ont joué au milieu du tas de semoule, d’autres se sont installés plutôt dans un coin de la pièce.
Certains ont montré une hésitation plus ou moins longue avant de vraiment rentrer dans l’activité semoule.


Voici comment les enfants ont utilisé la semoule et les objets mis à leur disposition :

Avec la semoule en tant que matière :
- marcher dedans
- plonger les mains dedans
- se cacher les mains, les pieds
- la faire couler de ses mains
- la verser sur soi
- la goûter
- la lancer
- la malaxer
- l’enlever en se frottant les mains

Avec la semoule en relation avec les autres :
- montrer aux autres ce que l’on est en train de faire
- observer ce que fait l’autre
- jouer à côté de l’autre
- se passer les objets, les échanger
- négocier un jouet
- tirer sur l’objet convoité pour le prendre des mains d’un autre
- vider ce qu’un autre vient de remplir
- verser sur le corps de quelqu’un
- jouer à faire un gâteau et le faire goûter à l’adulte
- donner un récipient à l’adulte et le remplir

Avec la semoule et les objets :
- remplir, vider
- verser, transvaser, avec un ou plusieurs objets à la fois
- faire couler, déborder
- faire rouler les voitures dans la semoule
- verser la semoule avec une cuillère ou une pelle dans un récipient est une des actions les plus appréciées

On remarque que les enfants répètent beaucoup les mêmes actions.


A partir de ces descriptions et en y réfléchissant voici l’analyse que nous en avons faite :

Le nombre important de jouets et objets mis à disposition des enfants permet d’éviter et / ou limiter les tensions, les envies, les enjeux, les convoitises entre enfants à propos d’un même objet/jouet. Cela leur donne envie d’agir, de faire des choses variées avec ces objets.
Cela permet également de tenter des expérimentations de forme et de textures différentes. En manipulant les enfants découvrent les propriétés des objets.
Au vu de tout ce que les enfants ont fait nous avons compris que l’atelier sollicite, mobilise des compétences particulières, développe des aptitudes :
- motricité fine
- concentration
- patience
- persévérance
- ténacité

Cette activité permet aussi d’intégrer des concepts de physique autour des quantités et des volumes, des notions autour du plein, du vide, du creux, du dedans, du dehors, de l’intérieur, de l’extérieur.

L’activité semoule répond à un besoin de manipulation très fort chez les enfants, ils y ont de l’intérêt et du plaisir, il faut la proposer souvent avec de la semoule ou d’autres matières comme l’eau, le sable, la terre, des pâtes …




Au vu de tout ce que les enfants ont fait nous avons compris que l’atelier tel que nous l’avons pratiqué met en actions chez ces derniers des compétences particulières leur permettant de découvrir les propriétés de la matière.
Nous avons remarqué que les enfants ont éprouvé moins de jalousie que lors de jeux ou activités en groupe parce qu’ils sont moins nombreux.
Rassemblés en petit nombre autour d’une seule et même activité, ils ont pu rester concentrés.
De plus, comme il y avait beaucoup d’objets, si un enfant prenait le jouet d’un autre, ce dernier trouvait quand même un objet de remplacement.
La non intervention des adultes a aussi permis de créer une ambiance apaisée, les assistantes maternelles et l’animatrice du RAM sont restées assises, calmes, apaisées.



Chacune de nous a apporté sa conclusion :

Cette expérience a apporté à Céline connaissance approfondie envers l’enfant lui-même que ce soit dans la maitrise, dans la confiance envers l’enfant concernant son autonomie et son application à découvrir. Cela lui permet d’appréhender différemment ses activités à la maison.



Selon Sylvie, travailler seule chez soi ne permet pas de faire certaines choses qui peuvent bousculer nos habitudes. L’expérience du RAM lui permet d’oser envisager des activités différentes.

Isabelle a pu observer les enfants avec plus d’attention et aller plus loin dans la réflexion grâce au groupe qui a participé à cet article.

Pascale a pris l’activité comme support pour expliquer et faire respecter les consignes (rentrer à telle heure, si on sort on ne revient pas…)

Laurence a été agréablement surprise de la réaction de James et Lana qui ont aimé l’activité et y ont pris beaucoup de plaisir. Ils sont restés jusqu’au bout de l’expérience.


Laurence, Sylvie, Nathalie, Céline, Pascale.

Un article sur la semoule écrit par les assistantes maternelles