Baisse les yeux quand je te parle !

Publié le 18 Novembre 2019

Baisse les yeux quand je te parle !

Bonjour,

 

Vendredi soir, Le RPE d'Issoire a accueilli Camille Pasquier, pour sa conférence gesticulée intitulée "Baisse les yeux quand je te parle ! De la violence éducative ordinaire à la violence de l'humanité".

 

Cette conférence était le premier temps fort de la semaine des assistantes maternelles, proposée et organisée par le RPE et un petit groupe d'assistantes maternelles, dans le cadre de la journée nationale des assistantes maternelles qui a lieu tous les ans le 19 novembre.

 

Qu'est-ce qu'une conférence gesticulée ? Derrière ce titre qui ne semble pas très sérieux, se cache une forme de dialogue original.

La conférence gesticulée, est issue de l'éducation populaire (qui est une démarche visant l'éducation de toutes et tous, par chacune et chacun d'entre nous, et le partage de savoirs afin de mieux comprendre certaines problématiques pour pouvoir agir dessus, pour résumer...).

A partir d'un sujet sérieux, mêlant expériences, anecdotes personnelles de l'intervenant.e, mais aussi connaissances et éléments théoriques, la conférence gesticulée est une forme qui provoque la réflexion, la prise de conscience sur le sujet abordé, le tout avec humour et autodérision. Elle relie le thème abordé à des enjeux beaucoup plus vastes.

 

Ainsi, Camille Pasquier nous raconte que lorsqu'elle est devenue parent, elle s'est intéressée et interrogée à propos des violences éducatives ordinaires. De son expérience de mère, de son quotidien avec sa fille et son conjoint, de choses qu'elle a vues, de discussions, mais aussi de ses nombreuses lectures, elle nous livre ses réflexions, son cheminement, et nous invite à faire de même.

Des albums pour enfants, des chansons, des objets, des citations viennent ponctuer ce dialogue entre elle et nous.

Derrière elle, un drap noir sur lequel elle a accroché des mots clés qui serviront de fil conducteur.

 

A partir du tableau que nous avons rempli collectivement : "Que souhaitons-nous pour nos enfants", elle aborde l'éducation et les violences éducatives qui peuvent parfois en découler, dans certaines situations, et souvent malgré nous.

 

Chaque parent et/ou éducateur-trice a bien sûr à coeur de bien faire. Et il n'existe pas de recette pour être un parent parfait, et d'ailleurs ce n'est pas souhaitable pour les enfants . Nous avons toutes et tous nos incompétences, et nous avons toutes et tous été face à des situations pour lesquelles nous nous sommes senti.e.s démuni.e.s.

 

Notre histoire personnelle, notre propre éducation, la société en général, nos croyances nous conditionnent sur l'éducation que nous allons donner aux enfants.

Nous nous retrouvons alors en contradiction avec ce que nous souhaitons pour eux (cf le tableau du début !)

En effet, certains de nos gestes, de nos paroles, certaines attitudes comme les punitions, les récompenses, le chantage (conscient ou inconscient), vont avoir des conséquences sur le développement de l'enfant.

Alors que tout cela part souvent d'une bonne intention !

Elle propose d'autres alternatives, comme l'empathie (capacité à se mettre à la place de l'autre afin de comprendre ce qu'il/elle ressent), le partenariat avec l'enfant (ou comment être dans une relation gagnant-gagnant, sans enjeu de domination/soumission), la bienveillance...

Les mots-clés permettent aussi d'aborder les notions de confiance et d'autorité. Et il sera aussi question de nous, adulte, et pas seulement des enfants. En effet, dans des situations similaires à celles que peuvent vivre les enfants, il est utile de nous demander comment nous réagirions en tant qu'adulte, et ce que nous attendrions comme attitude de la part de notre conjoint, de notre supérieur, etc... 

Elle évoquera longuement l'importance des émotions et la nécessité de permettre aux enfants de les exprimer.

Parfois certaines injonctions contradictoires nous posent question : faut-il, par exemple, laisser les enfants pleurer (comme on nous le dit à propos des bébés), au risque de les mettre en état de détresse (donc de sécréter beaucoup de cortisol, l'hormone du stress qui peut avoir des conséquences sur la santé si elle est trop souvent secrétée et en grande quantité....) ?

Ou alors faut-il stopper les pleurs ("c'est pas grave", "c'est rien", "pleure pas", etc) et empêcher l'émotion de s'exprimer, ce qui aura, aussi des conséquences plus tard ? 

N'y aurait-il pas une autre voie entre ces deux façons de faire ?

A nouveau, Camille nous propose de réfléchir et d'agir par nous-mêmes, en fonction des situations rencontrées. Mais ce qui semble important, c'est l'intention que nous mettons derrière nos gestes et paroles... 

 

Au fur et à mesure de son intervention, elle rajoute des mots-clés sur son drap noir. Ainsi, elle fait le va et vient entre l'éducation et son impact sur la société en général. Et oui, n'oublions jamais que les enfants dont nous sommes responsables aujourd'hui, seront les adultes de demain ! Et que ce sont eux qui vont construire la société dans laquelle ils vivront plus tard.

 

Alors se pose la question : que souhaitons-nous comme société pour demain ?

En quoi les violences éducatives ordinaires conduisent-elles à la violence de l'humanité ?

Comment considérer autrement l'enfance et l'éducation pour construire un monde meilleur ? 

 

Camille Pasquier nous a livré quelques clés de compréhension, quelques réponses et aussi beaucoup de questions ! Le tout avec humour, légèreté mais aussi sérieux, précision et profondeur... On en ressort grandi, il y a quelque chose qui fait du bien dans ses propos.

 

 

Merci à elle de nous avoir fait vivre cette forme de conférence, et pour la richesse de son intervention. Ce compte-rendu est tout à fait incomplet et certainement subjectif, je m'en excuse auprès d'elle et des personnes présentes ! 

Merci à API, la CAF et la MSA de nous avoir permis de proposer cette conférence. 

Nous remercions aussi le service Culture de l'Agglo pour la mise à disposition de la Fabrik.

 

Merci également au groupe d'assistantes maternelles qui travaillent sur cette "semaine des assistantes maternelles",  pour leur investissement et leur générosité, et particulièrement pour avoir hébergé notre intervenante.

 

Nous allons récupérer auprès de Camille les références de livres, d'albums et de chansons qu'elle cite.

 

Ci-dessous, vous trouverez quelques sites et références en lien avec ce qu'elle a abordé, ainsi que des extraits de cette conférence qu'elle a proposée en septembre 2018 en Vendée.

 

Belle journée ! 

 

 

Un texte très juste , comme souvent dans les chansons d'Anne sylvestre.

La très belle chanson "Nomade", dont Camille chante un extrait.

Encore un texte poétique et juste...

Rédigé par Ram Api Issoire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article